Catalogue formation

02 décembre
Conseil & Accompagnement en gestion des risques

Dans la situation actuelle d’un nouveau confinement et de 100% télétravail imposé (lorsqu’il est possible), entreprises, dirigeants, managers et collaborateurs sont une nouvelle fois mis à rude épreuve.

Dans un article publié au printemps 2020 en collaboration, Malakoff Médéric, le Conservatoire National des Arts et Métiers et Jérôme Lanfranca, directeur des activités de conseil du cabinet PROPULS ‘, soulignaient le fait que

"cette crise redessine les contours de l’interventions des acteurs de l’entreprise et nécessite préparation, adaptabilité et accompagnement »

Jérôme LANFRANCA Directeur des activités Conseil Propuls - CNAM - Malakoff Médéric

Les spécialistes s’inquiètent à nouveau de l’augmentation des risques psychosociaux chez les salariés. Sans la mise en œuvre de mesure de prévention efficiente, la période de confinement qui s’annonce risque d’amplifier la dégradation de la santé et à la sécurité des salariés.

Régulièrement, nous rencontrons, des entreprises qui se disent démunies face à la nécessité de prendre en compte ces risques. Plus que jamais, les solutions évoquées dans l’article en référence sont d’actualité et doivent servir de fil conducteur afin de préserver l’intégrité de la santé mentale et physique des salariés.

Au préalable, il est indispensable d’évaluer les risques psychosociaux afin de mettre en place des programmes de prévention spécifiques et non génériques. Contrairement aux idées reçues, les outils existent.

De son côté, Propuls’ utilise une méthode d’évaluation innovante créée en collaboration avec le Conservatoire National des Arts et Métiers et scientifiquement validée.

Basé sur une analyse des données issues et déterminées par un groupe projet interne à l’entreprise et un questionnaire diffusé à l’ensemble des salariés, l’objectif de l’évaluation est :

  • De fournir les éléments nécessaires à une vision cohérente et réaliste de l’exposition des salariés de l’entreprise aux risques psychosociaux afin de définir les mesures de prévention primaires, secondaires et tertiaires adaptées
  • D’identifier les salariés en souffrance afin d’en assurer une prise en charge par le service de santé au travail.

Découvrir l’article …

 

 

Partager sur